Un diaporama exceptionnel (2) !

Voici un deuxième diaporama exceptionnel car composé uniquement de photos anciennes et de grande qualité de Jean-Henri Manara, que j’ai quelques peu améliorées pour supprimer les défauts de la numérisation.
Il n’y a pas de légende associées aux photos… aussi vous pouvez vous amuser à reconnaître tous les funiculaires!
Ce n’est pas vraiment un quiz car j’ai mis la légende des photos dans le premier commentaire (voir en dessous).
Essayez de deviner les funiculaires sans regarder le commentaire.
C’est à la fois très facile et parfois pas évident du tout.
Mettez en commentaire le nombre de funiculaires que vous aurez devinés… sans tricher évidemment!

An exceptional slideshow (2) !

Here is a second exceptional slide show composed entirely by high quality old photos from Jean-Henri Manara, on which I did some improvements to suppress the defaults of the scanning .
There is no legend associated with the photos … also you can have fun to recognize all the cable cars!
It’s not really a quiz because I put the caption of the photos in the first comment (see below).
Anyway you can try to guess the cable cars without looking at the comment.
It is both easy and sometimes not so easy.
You may add a comment with the number of cable cars you’ve guessed … without cheating of course!

 Photos Jean-Henri Manara

17 thoughts on “Un diaporama exceptionnel (2) !”

  1. Légende des photos / Captions of the photos:
    ——————————————-
    01 – Gurten-Bahn, Bern, Suisse (1971)
    02 – Parsenn-Bahn, Davos, Suisse (1971)
    03 – Restaurant La Trappe, Montana, Suisse (1971)
    04 – Funiculaire de l’Ayré, Barèges, France (1974)
    05 – South Cliff Railway, Scarborough, Angleterre (1975)
    06 – Funicolare di Città, Bergamo, Italie (1977)
    07 – Schatzalp-Bahn, Davos, Suisse (1971)
    08 – Corviglia, St Moritz, Suisse (1971)
    09 – Castle Hill Railway, Bridgnorth, Angleterre (1975)
    10 – Neuveville-St Pierre, Fribourg, Suisse (1971)
    11 – Niesen-Bahn, Mülenen, Suisse (1972)
    12 – Reichenbachfall-Bahn, Meiringenn, Suisse (1972)
    13 – Giessbach-Bahn, Brienz, Suisse (1972)
    14 – Beatenberg-Bahn, Beatenberg, Suisse (1972)
    15 – Bergbahn Lauterbrunnen Mürren, Lauterbrunnen, Suisse (1972)
    16 – Central Tramway Company, Scarborough, Angleterre (1975)
    17 – Como – Brunate, Como, Italie (1977)
    18 – Drahseilbahn Marzili – Bern, Bern, Suisse (1971)
    19 – Funicolare Centrale, Naples, Italie (1971)
    20 – Sierre – Montana – Crans, Sierre, Suisse (1974)
    21 – St Nicholas Cliff Railway, Scarborough, Angleterre (1975)
    22 – Funicolare Città – Stazione, Lugano, Suisse (1977)
    23 – Braunwald-Bahn, Braunwald, Suisse (1977)
    24 – Seilbahn Mürren-Allmendhubel, Mürren, Suisse (1972)
    25 – Muottas Muralg Bahn, Samedan, Suisse (1972)
    26 – Piotta – Ritom, Ambri, Suisse (1977)
    27 – Saint Hilaire du Touvet, France (1970)
    28 – Capri, Italie (1971)
    29 – North Cliff Railway, Scarborough (1975)
    30 – San Pellegrino – La Vetta, San Pellegrino, Italie (1977)

  2. Oui Michel, bon nombre des funiculaires sont archi connus… mais ils se ressemblent tous un peu! J’avoue que je n’ai même pas reconnu le funiculaire de San Pellegrino, parce qu’on y a mis de nouvelles voitures depuis que la photo a été prise. Très belle photo pourtant. J’adore aussi le 03.

  3. Bonjour.
    C’est avec un grand plaisir de revoir la cabine du Piotta – Ritom (n° 26).
    Ma famille est en partie originaire du village d’Altanca qui est la station intermédiaire de cette ligne.
    Cette cabine, “fermée”, était utilisée pendant les mois froids.
    Une autre cabine, plus rudimentaire avec un toit en toile, était utilisée l’été.
    J’espère la revoir bientôt , alors le défi est lancé aux lecteurs.

    J’ai passé plusieurs étés dans ma jeunesse à vivre au rythme du funiculaire:
    le matin pour le courrier et le lait
    la fin d’après-midi pour le lait (deuxième distribution) ou les paquets du boucher en bas de vallée…
    Et bien d’autres souvenirs…

    Un grand merci pour l’exceptionnelle qualité de ce site.

    CORDIALEMENT
    JIHEL

  4. Bonsoir Jihel… merci pour ce commentaire qui me fait quelque peu rougir!
    Oui je viens de voir Atlanca sur une carte, c’est bien situé à mi parcours du funiculaire.
    N’avez-vous pas gardé dans votre famille des photos sur lesquelles on pourrait voir le funiculaire ?

  5. Bonjour Funimag !
    Ou plutôt devrais-je dire bonjour Michel…
    Vous n’avez pas à rougir de mon compliment: celui-ci est amplement mérité par votre travail, ou plutôt votre passion.

    En ce qui est de cette vielle cabine, je n’est malheureusement pas de trace…pas de vielle photo…

    Puis-je me permettre de lancer un appel aux lecteurs de Funimag ?
    Objet: retrouver une (ou plusieurs photos) de la cabine du funiculaire Piotta-Ritom.
    Indices: cette cabine est composée de deux plateformes: une équipée d’une bâche blanche et deux bancs pour les voyageurs, une autre en contrebas équipée de ridelles pour recevoir du matériel (une jeep pouvait être transportée); entre les plateformes (donc sous la plateforme supérieure bâchée) se trouvait une sorte de “cage à poule” constituée d’un banc entouré par un grillage de protection.
    Les stations hautes et basses sont équipées chacune d’une grue pour charger le funiculaire en matériels divers; on pouvait ainsi faire transiter une remorque de jeep “garnie” par le funiculaire…
    Voilà pour une petite anecdote…
    A l’époque (jusqu’à la fin des années 60), la route menant d’Altanca à la station haute du funiculaire n’existait pas.

    Cordialement

    JIHEL

  6. Bonjour.
    Alors là, bravo !
    N’est-elle pas belle cette cabine ?….
    Un peu rustique, certes, mais au moins, on peut sentir l’air frais …
    J’avais un doute sur la deuxième “cage à poule” sous la plate-forme à ridelles.
    La photo en atteste l’existence.
    Je ne me souvient pas y être entré : à l’époque, j’étais plutôt jeune et la règle était d’éviter d’y mettre des enfants. Par contre, je me souviens bien de l’autre cage, située sous la plate-forme bâchée…
    Autre souvenir impressionnant: les arrêts (surtout en station basse) avec des allers et retours dûs au relâchement et la remise en tension du câble et dignes d’un manège de fête foraine.
    Enfin, que dire de l’impression de vertige lors de la descente et plus particulièrement entre la station haute et la station d’Altanca, dans la portion vraiment raide…
    Je pense que cela correspond à la première photo.
    La seconde représente la portion en dessous de la station d’Altanca et la pente est un peu moins marquée.

    Merci pour m’avoir aidé à raviver quelques souvenirs…
    Et encore bravo pour le “il suffit de demander!”

    Cordialement.
    JIHEL

    P.S. je vous recommande la ballade, même avec la cabine moderne, que je n’ai pas eu l’occasion d’emprunter.

  7. Je me pose des questions au sujet de ces plaques rectangulaires vertes sur le côté droit de la cabine sur la photo du haut et que l’on aperçoit sur le côté gauche de la cabine sur la photo du bas… savez vous de quoi il s’agit ? Peut être pour transporter des charges latéralement à la cabine comme sur la cabine de 2002 sur la photo ci-dessous)…

    Quant à la balade sur le funi…. bien entendu que je l’ai déjà faite plusieurs fois en différentes années…
    Ci-dessous quelques photos de mes passages:

    Cabine exposée sur le parking du funiculaire.en octobre 2002

    Cabine en octobre 2002

    Atlanca, 1390m (avril 2003)

    Hameau de Valle, 1647m (octobre 2002)

    Au dessus d’Atlanca et du Lago Ritom, 2050m (octobre 2002)

  8. Bonjour.
    Très jolies photos…

    Pour votre questionnement, vous avez trouvé la réponse.
    Il s’agit bien d’un dispositif pour transporter des objets longs (tuyaux, poutres…).
    Sur la cabine actuelle (votre photo de 2002), un châssis élaboré a été accolé à la cabine.
    Sur la vielle cabine, le dispositif est bien plus rudimentaire: une planche en aval et quelques équerres sur le côté de la cabine…

    Puisque vous avez emprunté le funiculaire:
    – est-ce que les arrêts sont toujours aussi surprenants ? peut-être la gestion de la vitesse d’approche est-elle mieux réglée.
    – le conducteur doit disposer d’un dispositif de commande élaboré; sur la vielle cabine, le conducteur utilisait une perche reliée à une batterie pour toucher un fil électrique qui longeait la voie; ce fil était relié à une sonnette en salle de commande située en station basse; là, un machiniste coupait ou mettait en route le moteur.
    IL fallait pour le conducteur bien choisir le moment du signal d’arrêt…

    Sur la photo d’Altanca, comptez le deuxième chalet à droite de l’église et vous aurez le chalet de ma famille.

    La photo de Valle est intéressante: les chalets tout en pierre ont bien été rénovés.
    Dans les années 1960, tous étaient en ruine.
    Par contre ils étaient utilisés auparavant et servaient de refuge et de greniers lors des montées des vaches en alpage (les prés sont un peu au dessus du hameau).
    Une légende: au milieu du hameau se trouve une grande pierre plate avec des encoches comme des empreintes de pieds : il s’agirait des traces de pas de Charlemagne…

    Connaissez-vous la particularité du lac de Cadagno ? Les eaux du lac forment deux strates qui ne se mélangent jamais…
    Je ne l’ai appris que très récemment, en faisant des recherches sur la toile.
    Il est vrai que je ne suis pas retourné dans la région d’Altanca depuis une vingtaine d’années. Et lorsque j’étais enfant, la science n’était pas encore sur les rives du lac.
    Tout au plus quelques vaches et chèvres…

    Bien cordialement.
    JIHEL

  9. Non il n’y a plus de perche pour contacter un fil électrique longeant la voie. Comme dans la plupart des funiculaires modernes, les commandes sont maintenant électroniques et la voie est truffée de contacteurs qui permettent de savoir exactement où se trouve la cabine et d’en réguler la vitesse et de gérer automatiquement les arrêts.

    Le lac de Cadagno…. vous voulez dire qu’il y a deux couches d’eau superposées qui ne se mélangent pas? Elles ont des températures et compositions différentes?
    C’est autour du lac de Cadagno que j’ai vu pour la première fois, et la seule, une hermine! Superbe apparition!

  10. Bonjour.

    Pour le lac de Cadagno:
    le lac est effectivement stratifié avec deux zones d’eau qui ne se mélangent jamais.
    La partie supérieure est normale, bien oxygénée et témoigne d’une bonne biodiversité.
    La partie inférieure est évidemment plus froide, mais plus salée et surtout sans oxygène; ces eaux sont toxiques…
    Entre les deux zones, se trouve une fraction d’eau rougeâtre qui fait frontière.
    Pour plus de précisions: http://www.cadagno.ch/index.php?node=266&lng=3&rif=160f1e5a6c

    Le lac de Ritom, avant la construction du barrage, et donc lorsqu’il était naturel, possédait les mêmes caractéristiques que le lac de Cadagno.

    Quant à la perche pour commander les départs et arrêts du funiculaire : c’était un dispositif simple, mais il fallait avoir confiance en le préposé et surtout qu’il n’ait pas de malaise pendant son travail…
    Vous me rétorquerez que le personnel avait la santé …
    En effet, j’avais un cousin qui avait en charge le contrôle de la voie du funiculaire et des conduites d’eau pour la centrale électrique.
    Cela lui demandait de longer la voie (en descente, par l’escalier de pierre) et graisser les poulies du câble une à deux fois par semaine.
    Ce travail doit toujours être fait, même si le funiculaire est doté maintenant de commandes sophistiquées

    Cordialement.

    JIHEL

  11. Oui en effet très étonnante cette vidéo!

    Il y a aussi des marmottes blanches!
    Moi ce que j’ai vu c’était bien une hermine blanche à bout de queue noir… c’était beaucoup plus petit qu’une marmotte et comme c’était déjà très avancé dans l’année elle avait déjà pris sa fourrure blanche… pas de risque de l’avoir confondue avec une marmotte.

  12. Bonjour.
    Comment à partir de photos de funiculaires laisser digresser la discussion sur des hermines, marmottes blanches, ou des eaux curieuses…
    Effectivement, voir une hermine est une expérience rare…
    Quant aux marmottes blanches, elles sont apparues depuis peu de temps (mutation génétique récente sur quelques individus).
    Dans les années 60 à 70, on assistait plutôt à un appauvrissement de la faune, d’où des mesures de protection et de réintroduction d’espèces animales comme l’aigle. L’ours n’a pas été réintroduit dans la région…

    Cordialement.
    JIHEL

Leave a Reply