Le Glacier Express déraille entre Lax et Fiesch

Le Glacier Express a déraillé vendredi 23 juillet 2010 à 11:50 entre Lax et Fiesh dans le Goms, la haute vallée du Rhône.
Trois wagons se sont renversés en tuant une touriste japonaise et en blessant 42 personnes dont une douzaine grièvement.

The Glacier Express derailed between Lax and Fiesch

On Friday July 23rd 2010, the famous Glacier Express train derailed between Lax and Fiesch in Goms Valley.
One japanese tourist was killed and 42 other passengers were injured… dozen of which were seriously injured.

3 thoughts on “Le Glacier Express déraille entre Lax et Fiesch”

  1. Bonjour Michel!

    L’enquête a démontré que le mécanicien est allé trop vite. A l’endroit où les trois derniers wagons du train déraillaient, le mécano a acceleré de 35 à 56 km/h. C’est-à-dire que là où le train devait aller avec seulement 35 km/h, les derniers waggons allaient en fait avec 56 km/h. Tout court, le mécanicien a acceleré trop tot. Ceci a été communiqué aujourd’hui.

  2. Bonjour Andreas! Content de te revoir sur ce blog… merci pour cette information importante! Il a quand même fallu attendre une semaine pour avoir cette conclusion, si c’est une conclusion. Toutefois on peut quand même s’étonner, ou plus s’inquiéter, que les trains aient été autorisés à circuler à nouveau dès le dimanche suivant sans connaître la vraie raison de l’accident!

  3. Funimag > «Si c’est une conclusion»: Bon, qu’en sais-je… En tout cas, l’enquête de l’office fédéral des transports a confirmé que le mécanicien a surpassé la vitesse maximale (56 au lieu de 35 km/h, c’est une différence considerable)… et la compagnie MGB en est contente: c’est la faute du mécanicien, voilà tout. Mais d’autres ne pensent pas que c’est tout. On parle du mauvais état de la voie, on dit qu’il y a trop de trains et pas assez d’évitements, les mécaniciens se plaignent du stress permanent parce qu’il leur faut lutter toujours contre les retards. Somme toute, quelques-uns disent que la vitesse du train n’était pas la seule raison de l’accident.

    «On peut quand même s’étonner que les trains aient été autorisés à circuler à nouveau dès le dimanche suivant»: Bon, personnellement j’aurais emprunté le train sans crainte. La voie a été mise en état, et désormais les mécaniciens savent très bien qu’il leur faut réspecter la vitesse maximale.

    Quand même, la MGB semble avoir un problème quelque part au niveau de la gestion. Le dernier mot n’a pas été dit dans cette affaire.

Leave a Reply